SVT-Lorraine

Accueil » SVT et... » Numérique » TraAM 2015-16 : Réseaux sociaux en SVT et parcours de l'élève

Démarche expérimentale et groupes de travail dans l'ENT

Comprendre le mouvement des masses d’air et/ou d’eau
à la surface de la planète

Cycle 4 (5e ou 4e)

Retourner à la page TraAM principale 

Thèmes des TraAM

Thèmes 3 - Optimisation de l’utilisation des fonctionnalités de l’ENT pour une pédagogie différenciée.

Modalités de prise en compte de l’hétérogénéité

Les élèves sont répartis dans les groupes. Chaque groupe est constitué d’au moins :

  • un élève à l’aise dans la réalisation de démarches expérimentales/suivi de protocole,
  • d’un élève à l’aise avec l’outil informatique,
  • d’un élève à l’aise en raisonnement/interprétation de résultats/conception de démarche,
  • et d’un autre capable de rédiger un texte dans un français correct afin de rendre compte de la démarche du groupe.

Ainsi, tous sont en réussite et s’allient afin de mettre leur savoir-faire au service d’une recherche commune, ce qui renforce leur implication.

Des consignes et des aides différenciées sont proposées selon les besoins.

Type d’organisation du travail dans la classe ou hors de la classe

Hors de la classe :

Le professeur répartit les élèves dans les groupes selon leurs compétences (établies en amont suite à différentes évaluations diagnostiques et/ou formatives).
Un groupe de travail est créé dans l’ENT pour la classe. Bouton Groupe de travail - ENT PLACE
Au sein du groupe de travail, les rôles des élèves peuvent être modifiés temporairement.

Cliquer pour agrandir
Cliquer sur les copies d'écran pour les agrandir dans un nouvel onglet

Tous les élèves sont lecteurs en temps normal, mais pour l’activité, dans chaque groupe un élève aura le rôle de contributeur et pourra déposer le travail réalisé par le groupe, qui pourra être illustré de photos/vidéos.
Un autre élève aura le rôle de correcteur. Il sera chargé de relire le travail publié, et de le corriger si nécessaire.

Dans la classe :

Les élèves, en groupes, visionnent soit un extrait de bulletin météo (capsule) présentant une carte des mouvements des masses d’air à la surface de la Terre, soit une vidéo montrant des mouvements océaniques (déplacement d’une marée noire, des déchets associés en un 6ème continent…).
Ils doivent concevoir et mettre en œuvre une expérience permettant de vérifier l’hypothèse proposée collectivement et produire un compte rendu écrit, sous forme numérique, qui sera présenté à l’oral.

Niveau d'enseignement

Cycle 4 (5e ou 4e)

Cette séquence peut également être proposée en classe de seconde, en utilisant des documents supports moins "didactisés".

Partie du programme

La planète Terre, l’environnement et l’action humaine

Titre

Comprendre le mouvement des masses d’air et/ou d’eau à la surface de la planète

Durée

1h30

Compétences que l’on cherche à construire (d’après le BO)

Connaissances/notions construites :

Expliquer quelques phénomènes météorologiques et climatiques.
Météorologie ; dynamique des masses d’air et des masses d’eau ; vents et courants océaniques.

Capacités et attitudes :

  • Pratiquer des démarches scientifiques (interpréter des résultats, valider une hypothèse) ;
  • Concevoir, créer, réaliser ;
  • Pratiquer des langages (communiquer le résultat de ses recherches à l’écrit et à l’oral).

Observés précédemment :

Carte de la répartition des climats à l’échelle de la planète, phénomènes naturels liés à la géodynamique externe.

Supports d'activité

Matériel courant scolaire et de laboratoire (verrerie), encens, papier d’Arménie, bougie, sèche-cheveux, colorants alimentaires, film alimentaire, ballons…

Aide à prévoir

Aide méthodologique : Concevoir une expérience

  • Pour vérifier si une hypothèse est juste, on peut réaliser une expérience ; elle doit comprendre deux montages :
    - le témoin : montage qui sert de référence, il a tous les éléments nécessaires ; en général il correspond à ce qui existe dans la nature ;
    - le test : montage qui diffère du témoin par un seul facteur (on l’ajoute ou on le supprime), celui qui correspond à l'hypothèse que l'on veut tester.
  • Il est donc nécessaire d’identifier l’élément à tester afin de vérifier l’hypothèse ; c’est celui-ci (et le seul !) qu’il faudra faire varier au cours de l’expérience.
  • Choisir judicieusement le matériel à utiliser.
  • Préciser les conditions de l’expérience (ex : durée, température, pression…).
  • Prévoir le résultat que l’on obtiendra si l’hypothèse est juste.

Consignes différenciées

Tous les élèves ont la liste du matériel disponible.

Consigne groupe "Expert" :

Imaginer une expérience permettant de vérifier que la différence de température est responsable de la mise en mouvement de l’air ou de l’eau. Appelez le professeur pour vérification.

Consigne groupe "Confirmé" :

Consigne « Expert » +/-  aide méthodologique à la conception d’expérience

Consigne groupe "Guidé" :

Consigne Confirmé + Complément à la consigne

Parmi les éléments proposés, choisir celui que l’on veut tester afin de vérifier l’hypothèse :

  • la luminosité
  • la pression
  • la température

Entourer une expérience qui permettrait de tester l’hypothèse. Justifier le choix.

Cliquer pour agrandir

Après validation par le professeur de l’expérience conçue ou choisie, une seule consigne commune :

Réaliser l’expérience pour valider ou non l’hypothèse émise.
Vous rendrez compte de votre travail (expérience réalisée, résultats obtenus, interprétation des résultats et conclusion) à l’écrit et à l’oral, de la manière de votre choix.
Pensez à vous répartir les tâches !

Déroulement de la séance

Le professeur constitue les groupes de 4 élèves et distribue les rôles de correcteur et de contributeur (en lien avec les profils établis dans l’ENT). Chaque groupe travaille sur un îlot disposant d’une tablette et d’un accès à internet pour pouvoir faire des photos, des vidéos, et avoir accès à l’ENT.

L’observation d’une carte de la puissance de l’énergie solaire reçue à la surface de la Terre (W.m-2) permet de décrire l’inégale répartition de l’énergie solaire à la surface du globe ; et après avoir fait le lien entre quantité d’énergie solaire reçue/unité de surface et température, cette carte conduit à proposer l’hypothèse que la différence de température est responsable des mouvements d’air et/ou d’eau.

Les élèves travaillent en autonomie. Tous les groupes démarrent avec la consigne globale "Expert", mais en cas de nécessité, les consignes "Confirmé" et "Guidé" sont distribuées progressivement.

Après validation du travail par le professeur, chaque groupe réalise l’expérience permettant de comprendre le mouvement des masses d’air et/ou eau, filme, prend des photos, schématise.

En modifiant les droits des élèves sur l’ENT, le professeur oblige les élèves à se répartir les tâches. Ainsi ils peuvent développer de nouvelles compétences grâce à l’entraide au sein du groupe.

Suite à la présentation orale des groupes, le professeur explique les impacts de l'inégale répartition de l’énergie solaire à plus grande échelle, et explique la formation des vents et des courants.

Production attendue

Une production numérique est attendue, qui intègre photos ou schéma du montage, vidéos (traitement de texte ou padlet).
Les résultats y sont décrits et interprétés dans un texte simple. L’hypothèse est validée ou réfutée.

Exemple de production :

Expériences

Résultats

L’air chaud monte, l’air froid descend. C’est donc bien la différence de température qui met l’air en mouvement. L’hypothèse est vérifiée.

Trace de l'élève

Traces écrites dans le cahier de l’élève + extension numérique du cahier : le groupe de travail et l’espace personnel (documents).

Dans le cahier papier :

Exemple : "Voir productions dans le groupe de travail de PLACE (nom du dossier).
Nous observons que l’air chaud monte et que l’air froid descend, ce qui provoque la création de courants atmosphériques.
De même, l’eau chaude monte alors que l’eau froide descend, ce qui provoque la création de courants océaniques.
Ce sont les différences de température qui entraînent les mouvements d’air et d’eau."

Dans le cahier numérique :

L’élève a accès au groupe de travail de PLACE dans lequel sont déposés les travaux numériques des différents groupes.

Il enregistre aussi sa production dans son espace personnel de l’ENT (qu’il conserve tout au long du cycle) dans lequel aura été créé au préalable un dossier SVT et des sous-dossiers (par thèmes, année scolaire...).

Dossiers et sous-dossiers dans PLACE

Outils numériques utilisés

ENT, tablettes permettant la prise de photos, vidéos, connexion à internet, padlet ou logiciel de traitement de texte.

Plus-value et limites des outils numériques utilisés

L’ENT apparaît ici comme un outil permettant de travailler de manière différenciée, en modifiant les rôles des élèves dans un groupe de travail, en lien avec leurs compétences.
C’est également un moyen de conserver des traces d’expériences réalisées en classe par différents groupes, ce qui facilite aussi la mise en commun.

 

Retourner à la page TraAM principale 

Retourner à la page principale TraAM 2015-16 :
Réseaux sociaux en SVT et parcours de l'élève



Autres pages dans TraAM 2015-16 : Réseaux sociaux en SVT et parcours de l'élève : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14

 

© SVT Lorraine 2022